L'Institut de France


Vous êtes ici
Sommaire

En 1793, l’abbé Grégoire supprime les Académies royales, vestiges de la monarchie. Pour combler le vide laissé par leur suppression, l’Institut est créé, deux ans plus tard, le 25 octobre 1795, en application de la Constitution de l’an III, qui lui confiait pour mission "de recueillir les découvertes, de perfectionner les arts et les sciences". C’est pourquoi l’Institut a pour emblème le profil droit de Minerve, déesse grecque de la sagesse, de l’intelligence et de la raison.

D’abord installé au Louvre, en mars 1805, ce parlement des savants est transféré par Napoléon Ier, membre de l’Institut, dans l’ancien Collège des Quatre-Nations. Celui-ci, créé par Mazarin en 1661, était destiné à accueillir des jeunes gens originaires des quatre nations nouvellement annexées à la France (Pignerol, Alsace, Artois et Roussillon).

Construit par l’architecte Louis Le Vau (1612-1670), cet édifice est d’une grande originalité architecturale, comme en témoignent la façade en demi-lune sur la Seine et la Coupole de la Chapelle, circulaire à l’extérieur et ovale à l’intérieur. Au XIXe siècle, Antoine Vaudoyer adapte les lieux à l’Institut en aménageant la Chapelle en salle de séances, de manière à pouvoir y accueillir 1 200 personnes.

sommaireLe patrimoine de l'Institut de France

En 1886, le duc d’Aumale lègue à l’Institut de France l’intégralité du domaine de Chantilly. L’Institut assume alors une mission de conservation que ses fondateurs n’avaient pas prévue à l’origine. Par la suite, le geste du duc d’Aumale devient exemplaire et l’Institut se verra confier un patrimoine hors du commun. Conservateur de prestige, l’Institut restaure, enrichit et ouvre au public les biens qui lui ont été confiés :

sommaireEn savoir plus sur l'Institut de France